L’économie circulaire, un nouveau modèle de développement

Partager

L’économie circulaire, un développement plus durable

Le XXème siècle a été marqué par l’émergence d’une société de consommation, qui a causé l’augmentation drastique des prélèvements sur les ressources naturelles et limitées de notre planète. Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement, les doutes et inquiétudes quant à l’avenir de la gestion des ressources sont permis car les recherches prédisent un épuisement avancé des ressources naturelles avant la moitié du siècle. En effet, il a été observé que le développement démographique, mais aussi la performance économique dans les pays développées sont liées à la consommation des ressources, ce qui attise le désir des pays en développement de reproduire ce modèle de croissance. L'avenir va donc conduire à une mutation profonde des organisations et des modes de vie. Le modèle de production et de consommation qui prévaut repose actuellement sur un schéma constant et linéaire qui a permis d’accélérer le progrès technique et le développement. Le fondement de la société de consommation trouve aujourd’hui ses limites face aux défis environnementaux, d’emploi et de l’augmentation de la population mondiale qui devrait progresser de 41% entre 2018 et 2100. La prise de conscience collective a permis d’engager des démarches de réduction des impacts environnementaux qui sont un premier pas indispensable. Cependant réduire l’impact du modèle de développement actuel ne fait que reculer l’échéance. Une démarche plus ambitieuse s’impose, et elle se concrétise par une transition économique complète.

Ainsi, comment l’économie circulaire propose-t-elle de passer d’un modèle de réduction d’impact à un modèle de création de valeur positive ?


Qu’est-ce-que l’économie circulaire?


Le concept d'économie circulaire a officiellement fait son entrée dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 18 août 2015, mais également dans l’article 1 de la constitution française en 2018 où il est en effet reconnu que la transition vers une économie circulaire est bel et bien un objectif national mais également l’un des piliers du développement durable. Cette loi a donné la définition suivante pour l’économie circulaire :


« La transition vers une économie circulaire vise à dépasser le modèle économique linéaire consistant à extraire, fabriquer, consommer et jeter en appelant à une consommation sobre et responsable des ressources naturelles et des matières premières primaires ainsi que, par ordre de priorité, à la prévention de la production de déchets, notamment par le réemploi des produits, et, suivant la hiérarchie des modes de traitement des déchets, à une réutilisation, à un recyclage ou, à défaut, à une valorisation des déchets. »(code de l'environnement, article L.110-1-1)


L'économie circulaire cible ainsi la gestion durable et efficace des ressources. L’émergence de la notion d’économie circulaire fait suite à la prise de conscience des ressources limitées de la planète et du besoin de les économiser. En effet, nos prélèvements sur les ressources naturelles dépassent déjà largement la biocapacité de la terre, c’est-à-dire sa capacité à régénérer les ressources renouvelables, à fournir des ressources non renouvelables et à absorber les déchets. Selon les estimations du cabinet McKinsey, la transition de l’Europe vers une économie circulaire permettrait une économie annuelle sur les matières premières d’environ 380 milliards de dollars. La création de nouvelles activités et d’emplois à la fois durables et non délocalisables sont inhérents à la transition vers une économie circulaire. Ils incarnent l’essence de ce modèle, qui est de prendre en compte les trois dimensions essentielles que sont le respect de l’environnement et des enjeux sociaux, mais également la stabilité et croissance économique. Alors que le modèle traditionnel d’utilisation d’un objet est linéaire, allant de sa création à son élimination, l’économie circulaire bouleverse les codes en prônant une boucle. Ainsi, chaque étape du cycle de vie d’un produit est synonyme de création de valeur positive, où l’objectif est d’optimiser l’efficacité de gestion et d’utilisation des ressources tout en assurant la satisfaction mais aussi le bien-être du consommateur et enfin, en réduisant l’impact sur l’environnement.


Pourquoi l'économie circulaire représente-t-elle un enjeu pour les entreprises?


Dans le cadre de la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015, la France s’est fixée des objectifs ambitieux pour engager la transition vers une économie circulaire. Publiée le 23 avril 2018, la feuille de route économie circulaire propose ainsi de passer à l’action en présentant des mesures concrètes afin d’atteindre ces objectifs. Aujourd’hui, le principal défi est celui de la mobilisation de tous

  • Citoyens
  • Collectivités
  • Entreprises, voir article
  • Associations
  • Administrations
  • Acteurs de la recherche et du développement
  • Acteurs de la finance, voir article


Et ce dans tous les territoires et à toute échelle pour un réel passage à l’acte. Parmi ces objectifs, nous pouvons retrouver :

  • Tendre vers 100% de plastiques recyclés en 2025
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre : économiser l’émission de 8 millions de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année grâce au recyclage du plastique
  • Créer 500 000 emplois supplémentaires
  • Réduire de 30% la consommation de ressources liée à la consommation française


Il s’agit donc de produire en utilisant moins de matières, afin de découpler la croissance de la consommation de matières. Cette feuille de route économie circulaire permet également de porter notre modèle d’économie circulaire au niveau européen et international via l’initiative #MakeOurPlanetGreatAgain. Dans le sillage du leadership qu’elle a pris sur le climat, la France peut devenir le fer de lance de l’économie circulaire au niveau mondial. L’économie circulaire va en outre contribuer à l’atteinte de certaines des cibles des objectifs du développement durable (ODD) de l’Agenda 2030 pour la France. Le passage vers une économie plus circulaire implique des gains environnementaux mais également des réallocations sectorielles d’emploi entre les activités intensives en matières et celles qui contribuent à les économiser dites éco-activités, c'est pourquoi il est intéressant de mesurer le contenu en emploi de ces activités pour apprécier l'ampleur de la transformation à l'oeuvre. Il a ainsi été calculé par France Stratégie que le volume d’emploi aujourd’hui concerné s’élève à 800 000 emplois équivalents temps plein. L'économie circulaire permet de développer de nouvelles activités et de consolider des filières industrielles. Elle permet ainsi de créer des emplois locaux, pérennes et non délocalisables. A titre d’exemple, le développement d’activités de réparation des produits usagés, de réutilisation ou de recyclage des déchets, génère de l’ordre de 25 fois plus d’emplois que la mise en décharge de ces déchets.


Comment s’adapter à l’économie circulaire ?


La transition vers l’économie circulaire nécessite de progresser dans plusieurs domaines, parmi lesquels on retrouve l’approvisionnement durable, l’éco-conception ainsi que la consommation responsable, qui nécessitent de la part des particuliers mais aussi des entreprises, avant d’effectuer un achat ou de lancer le processus de production, d’anticiper les impacts environnementaux et sociaux des étapes du cycle de vie d’un produit mais aussi des ressources utilisées pour le concevoir. L’écologie industrielle et territoriale intervient également afin d’optimiser les ressources présentes sur un même territoire puisqu’elle met en relation l’ensemble des acteurs économiques qui gèrent les flux de ressources naturelles, énergétiques et les matières premières. Il advient également de prendre en compte la tendance qui est à l’économie de fonctionnalité : elle permet ainsi de privilégier le recours à un service plutôt que l’achat d’un bien. Il est ainsi possible pour un utilisateur occasionnel de louer un produit temporairement (comme par exemple un tournevis le temps de monter une étagère) ou bien de l'acheter, moyennant une condition de reprise au bout de x années, ce qui permet à la matière d’être réintégrée dans le processus de fabrication. Enfin, l’allongement de la durée d’usage du produit est primordiale et s’accompagne bien sûr de l’amélioration de la prévention, de la gestion et du recyclage des déchets. Cette problématique s’accompagne de fait à la lutte contre l’obsolescence programmée qui est un fléau de notre temps.


Economie Collaborative


ESCadrille Toulouse Junior Conseil propose des services qui peuvent permettre à une entreprise de gagner en performance. Nous sommes en mesure d’analyser les schémas déjà existants de cycle de vie de vos produits ou services mais également de les optimiser en fournissant des recommandations sur chaque étape : recherche de fournisseurs, matières premières et sources d’énergie respectueuses de l’environnement, anticipation de la durée de vie de vos produits puis proposition d’une méthode de réparation ou de recyclage adéquate… Nous nous proposons également de vous conseiller sur le modèle de vente, en tenant compte du mode de consommation qui se détourne progressivement de la possession à l’usage. De plus, nous considérons comme essentiel l’inscription des entreprises dans une logique de coopération sur les territoires afin de contribuer au réemploi et à la mutualisation des ressources afin de garantir une fabrication en synergie avec le tissu industriel : les déchets des uns sont les ressources des autres. Pour que cela soit possible, il est nécessaire de connaître les flux de matières et de déchets sur un territoire… et mettre en place la structure permettant de mettre en relation les acteurs. Nous proposons ainsi un service de conseil dans les grandes décisions de votre projet, concernant notamment l’optimisation de l’utilisation des flux de matière et d’énergie, la réflexion autour du cycle de vie de l’objet et également l’élaboration d’un modèle de production inspiré du fonctionnement des écosystèmes naturels.


Si nos 42 ans d’existence nous on permis d’acquérir une certaine expertise dans l’accompagnement et l’écoute de nos clients, ils nous ont également enseigné le besoin constant d’innover pour s’adapter au mieux à vos besoins qui évoluent avec notre époque. Ainsi, ESCadrille Toulouse Junior Conseil propose des prestations d’accompagnement stratégiques et d’élaboration de plan d’action afin de garantir un accompagnement sur le long terme. De plus, faire appel à un cabinet junior est considéré comme avantageux dans le domaine de l’économie circulaire puisque les moteurs du changement dans ce domaine sont en majorité les jeunes. Ainsi, nos consultants sont en mesure de proposer des idées innovantes pour vos projets, en s’appuyant également sur nos cours réalisés par des enseignants chercheurs, et dont les apports correspondent ainsi aux méthodes les plus avancées actuellement utilisées. De plus en cette situation particulière nous vous proposons une prestation de Gestion de Crise qui vous permettra d’adapter votre modèle en fonction de différents scénarios et d’un audit interne de votre structure qui nous permettra de vous proposer des recommandations aux plus proches de vos problématiques et celles d’une gestion plus durable.


Nous le comprenons, l’économie circulaire est un système économique de plus en plus apprécié et qui s’inscrit dans une dynamique novatrice. Les enjeux de demain sont donc de s’inscrire dans ce secteur en pleine croissance et de s’adapter à un tout nouveau système économique. Lors de la deuxième consultation citoyenne sur la feuille de route française, plus de 50 000 votes ont été enregistrés, confirmant le fort intérêt des citoyens pour l’économie circulaire. Aujourd’hui, il ne fait aucun doute que l’économie circulaire va changer en profondeur le paysage économique mondial, reste à savoir si vous prendrez part au changement.


Pour en savoir plus: nos solutions.