Tous essentiels : Comment sauver les commerçants ?

Partager

Des milliers de commerçants contraints de se digitaliser pour survivre


La crise de la Covid-19 a provoqué une mutation importante du fonctionnement du monde de l’entreprise notamment dans sa dimension digitale. Plus de deux tiers des commerçants se sont retrouvés sans activité par manque de digitalisation. On considère qu’ils ont vu leur chiffre d’affaires annuel diminuer de plus de 30%. Selon de nombreux spécialistes, un bond en avant de plusieurs années a été effectué que ce soit dans la mise en place du télétravail ou dans la digitalisation des processus de vente des entreprises.

Quelles solutions ont mis en place les commerçants pour limiter les pertes de leur activité ?


Le double confinement : une entrave pour des milliers de commerçants


Le confinement deux (entre) mars à mai, fut terrible pour les commerçants. Six commerçants sur dix ont perdu plus de 70% de leur chiffre d'affaires. C’est en réalité le reconfinement du mois de novembre qui a le plus impacté leur activité. En effet, la période de fin d’année est pour certains commerces un moment crucial. Ces deux derniers mois représentent parfois plus d’un tiers du chiffre d'affaires de l’année.


activite inde


La fermeture des commerces, signifie un arrêt de la vente sur place : la seule solution, la vente en ligne ou à emporter. Cependant certains commerces n’étaient pas prêts à réaliser cette transition digitale accélérée, et n’ont pas la connaissance et les moyens nécessaires pour l’effectuer. Selon le gouvernement, seulement :

  • 37 % des TPE et des PME possèdent un site internet
  • 9 % une boutique en ligne
  • Une entreprise sur deux considère qu'elle manque de temps et de budget pour se lancer dans un chantier de « transition numérique », selon une étude menée par Ipsos pour le compte de Facebook


difficulte covid


En plus d’une transition digitale difficile à mener, les commerçants souffrent d’une concurrence accrue qui ne cesse de se creuser.

  • Il existe une concurrence internationale. Le reste de l'Europe ne vit pas le même psychodrame que la France. En effet, à l’étranger, certains commerçants sont plus préparés à cette transition digitale rapide. 70 % de commerces physiques sont digitalisés chez nos voisins allemands.

  • Cette crise profite au grand géant du web, les GAFAM. Ils ont profité de l’essor du télétravail, du e-commerce et du divertissement digital pour afficher des ventes records. Ces dernières ont bondi de 18 % dès le premier trimestre avec une hausse de 31% du bénéfice. Amazon figure parmi les grands gagnants avec un chiffre d'affaires de 96 milliards de dollars sur les mois de juin, juillet et août.


Cependant des actions ont été mises en place pour aider les commerçants et tenter de les sauver


Les commerçants peuvent s’appuyer sur les aides des collectivités et de l’État.


mon commerce connecte


À un niveau national, le gouvernement offre 500 euros aux artisans, commerçants et indépendants laissés de côté, afin qu'ils entament un début de stratégie e-commerce et éviter les faillites.

De plus, les commerçants peuvent avoir recours aux Prêts garantis par l’État (PGE). Au 19 juin, 458 000 TPE ont obtenu un PGE, pour un montant total accordé de 42,3 milliards d’euros. Le secteur du commerce est le premier bénéficiaire du dispositif (25 % des montants) et celui ayant l’intensité de recours (montant/valeur ajoutée) la plus forte.


À l’échelle régionale, certaines villes accordent un budget sous forme de cartes cadeaux. Dans la ville de Terrasion, un budget de 20 000 € a été alloué, soit 2 000 cartes cadeaux de 10 €, que la cinquantaine de commerçants participant à l'opération peuvent à leur tour offrir à leurs clients. Ces bons seront même utilisables dans les restaurants s'ils peuvent ouvrir. Enfin, de nombreuses formations gratuites peuvent les aider à devenir plus efficaces. Elles sont dispensées sous forme de « webinar » sur les sites des CCI, de prestataires ou de réseaux d'accompagnement.

Enfin les commerçants ont tenté de résoudre le problème en adaptant leur production. Une des premières réactions chez les commerçants a été d’adapter les produits. Le confinement a fait naître de nouveaux modes d’approvisionnement et de consommation. Certains proposent d’emballer leur produit sous vide afin de faciliter le travail de certains clients qui souhaitent faire des réserves et ne veulent pas sortir par peur d’être contaminés. D’autres utilisent de nouvelles matières premières qui vont permettre à leur produit de se conserver plus longtemps. Ils peuvent aussi miser sur 4 solutions digitales :

  • Grâce à la création d’un site web : La propriétaire d’une boutique de prêt-à-porter installée dans le centre-ville, a été l'une des premières à se lancer : « J'ai profité du premier confinement pour créer ma boutique virtuelle. Et, surprise, dès le déconfinement les ventes en ligne ont continué. En effet le e-commerce est un enjeu majeur. Notamment pour les consommateurs car les commandes sont plus rapides, plus pratiques grâce à l’accessibilité du site 24h/24 et confortables puisque cela épargne un déplacement aux clients.

  • En améliorant leur communication : L'enjeu est de garder le lien avec leur clientèle de proximité. La plupart d'entre eux affichent des messages sur leurs portes. Une manière efficace serait de créer une page Facebook ou Instagram de la boutique.

  • Marketplace : Sans boutique en ligne, on peut tout de même se lancer sur les places de marché virtuelles. Une application comme Epicery permet aux commerçants et artisans alimentaires de vendre en ligne leurs produits. L'utilisateur du service rentre son adresse et découvre tous les commerçants accessibles autour de chez lui.

  • Click and collect :



La solution d’ESCadrille Toulouse Junior Conseil pour aider les commerçants dans la digitalisation de leur activité


ESCadrille Toulouse Junior Conseil, met en place un accompagnement pour la digitalisation des commerces de proximité. De plus nous collaborons avec le Petit Tou , le city guide de référence à Toulouse. Nous nous engageons ensemble à fournir une aide aux commerçants toulousains. L’objectif est de soutenir notre environnement proche. Conscient de toutes les difficultés auxquelles sont confrontées les commerçants, ESCadrille a réfléchi à un accompagnement sur mesure qui permet de répondre aux enjeux du moment tout en proposant un accompagnement vers une digitalisation de long terme.


Cet accompagnement comprend différents aspects qui pourront être modulés en fonction des besoins individuels de chacun des commerçants.

• Dans un premier temps nous proposons un audit digital de l’existant : l’objectif étant d’évaluer le niveau de digitalisation, et les faiblesses qui devront être travaillées. Nous analyserons les actions déjà mises en place au niveau de la communication digitale ainsi que des processus de vente.

• Nous pourrons ensuite proposer une stratégie de digitalisation qui s’appuiera sur l’audit de l’existant, sur des recherches documentaires mais également une analyse de la concurrence. Il s’agira de cibler les outils de commercialisation les plus adaptés au besoin du commerçant.

• Nous pourrons également vous guider dans la recherche des subventions et des aides auxquels vous avez accès en cette période. Nous pourrons par ailleurs réaliser au besoin du client une soutenance orale de notre étude auprès d’organismes financiers.

• Pour finir nous pourrons également effectuer une formation sur la digitalisation de l’activité et sur les différents outils nécessaires à sa transition.

Ainsi, si vous êtes commerçants ou que vous connaissez des personnes qui pourraient avoir besoin de notre accompagnement, n’hésitez pas à nous contacter. L’équipe d’ESCadrille, forte de 43 ans de travail aux côtés des commerçants vous accompagnera dans votre projet de digitalisation.