Comment créer son entreprise ?

La création d'entreprise
Économie

Créer son entreprise n’est pas une tâche d’une facilité déconcertante, cela demande d’utiliser des méthodes rigoureuses pour garantir une réussite entrepreneuriale durable. Dans cet article, nous vous proposons de démystifier la création d’entreprise et explorer les étapes essentielles pour assurer une croissance solide à votre projet.

Une histoire inspirante

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaiterais partager avec vous un récit faisant état d’un succès entrepreneurial. Profitons-en pour mettre à l’honneur une société française: Alain Afflelou.

À 24 ans, monsieur AFFLELOU décide d’ouvrir son premier magasin d’opticien aux abords de Bordeaux. Entrepreneur innovant, Alain Afflelou lance une campagne de communication devenue culte : « la moitié de votre monture à l’oeil ». Après un franc succès, c’est en 1978 que la franchise est développée au sein de la marque.

Un franc succès dit-on ? En parlant de franc, c’est bien ce qui caractérisait l’offre TCHIN-TCHIN de la marque. En 1999, l’idée de génie éclot après un constat simple, 90% des porteurs de lunettes n’en possèdent qu’une paire. Ce concept permettait donc aux clients de la marque d’obtenir une deuxième paire pour 1 franc de plus seulement.

Le développement de la marque est également parsemé de bonnes performances. En effet, le 1000ème magasin dans le monde voit le jour en 2009. Depuis, la marque n’a cessé de croître et innover.

L’exemple d’un entrepreneur qui a connu une ascension remarquable malgré des débuts modestes nous permet d’introduire notre sujet. En effet, l’entrepreneuriat est possible à différentes échelles, jusqu’à atteindre des sommets.

Construire un business model viable

Également nommé modèle économique ou modèle d’affaires, un business model montre concrètement comment votre entreprise va gagner de l’argent, ce qui permet d’analyser rapidement sa viabilité financière. Cela permet de peaufiner sa stratégie globale et donc définir ce que vous allez vendre, votre clientèle cible, par quel moyen…

Votre modèle d’affaires vous permettra de répondre à plusieurs questions :

  • À quel(s) besoin(s) répondez-vous ?
  • Qu’est-ce qui différencie votre offre de valeur ?
  • Quelle est votre cible client ?
  • Comment allez-vous générer un revenu ?
  • Quelles sont les ressources nécessaires ?
  • Quels seront vos prix ?

Plus simplement, il vous sera nécessaire de réaliser un business model complet, à l’image du business model Canvas très répandu aujourd’hui.

1 – Segments clients

Définir son segment de clientèle visé en fonction de ses habitudes de consommation, ses revenus, son sexe, son âge, sa catégorie socioprofessionnelle, ses attentes, ses freins…

Vos (futurs) clients sont la raison d’être de votre projet, il convient donc d’y prêter grandement attention. Réaliser un Persona vous aidera dans la réalisation de votre business model Canvas.

2 – Proposition de valeur

Répondre à un besoin, voilà ce qui caractérise le plus simplement une proposition de valeur. Ce besoin découle inexorablement de votre cible initiale préalablement identifiée.

3 – Distribution

Il s’agit de choisir sa stratégie de distribution pour faire rencontrer votre offre auprès de votre cible. En fonction des caractéristiques de votre clientèle vous pourrez choisir vos canaux de distribution (mono-canal, multi-canal ou cross-canal). Puis, vos modes de distribution (intensive, exclusive, sélective ou en franchise).

Choisir son implantation, qu’elle soit propre ou « externalisée » aura une incidence forte sur votre activité.

4 – Relation clients

La relation d’une entreprise avec ses clients est la clé d’un bon business, de plus cela coûte moins cher d’avoir des clients réguliers plutôt que les acquérir (cf article fidéliser et acquérir ses clients). Il est donc important de se questionner sur la relation clients :

  • Comment fidéliser ma clientèle ?
  • Comment avoir une satisfaction élevée ?
  • Quelles sont les méthodes à utiliser pour garder le contact avec mes clients ?

5 – Revenus

L’un des points les plus importants voire une nécessité absolue, les recettes. Il est primordial de savoir si son modèle d’entreprise est capable de générer des revenus et ses sources potentielles (forfait, abonnement, vente directe…).

La régularité permet de mieux appréhender ses performances prévisionnelles.

6 – Ressources clés

Cette partie fait état de toutes les ressources qui sont à votre disposition. Elles sont donc matérielles, immatérielles, humaines, financières ect. Il faut donc faire le parallèle entre celles dont vous avez besoin et celles que vous possédez déjà.

Les ressources clés peuvent être internes à l’entreprise, être louées ou êtres obtenues auprès des partenaires clés.

Elles vont permettront donc de servir vos activités clés.

7 – Activités clés

Il s’agit des activités qui sont importantes pour le succès de votre modèle économique. C’est par exemple la fabrication de pains pour un artisan boulanger. Cela permet parfois d’identifier l’activité réelle d’une entreprise.

Ainsi, si une activité clé ne peut pas être réalisée en interne, vous devez songer à faire appel à un ou plusieurs partenaires clés. Ce qui nécessitera d’ailleurs moins de ressources, malgré une possible perte de compétences.

8 – Partenaires clés

Vous devez dans cette partie analyser votre environnement afin d’identifier de potentiels partenaires. Ces alliés extérieurs pourraient être un facteur d’évolution et d’amélioration pour votre offre. Il est donc important de maintenir une bonne relation avec ces parties prenantes (fournisseurs, sous-traitants, anciens clients…).

Attention tout de même aux opportunités et aux risques qui planent sur votre activité, comme la dépendance par exemple.

9 – Structure de coûts

Les recettes c’est bien, les charges c’est encore mieux. Engendrer des revenus sera nécessaire à la survie de votre activité, mais les coûts, eux, peuvent devenir une réelle menace.

Vous devez donc évaluer vos coûts fixes (non en fonction de votre chiffre d’affaires ou du volume de production), et vos coûts variables qui dépendent du niveau d’activité.

Vous devrez continuellement optimiser vos coûts en fonction de votre environnement pour maintenir votre stabilité financière.

Réaliser une étude de marché

Une fois votre idée trouvée, la première étape consiste en la réalisation d’une étude de marché. Cette dernière vous aidera à réduire les risques d’échec, en vous permettant de prendre les mesures adéquates pour mieux vous implanter sur votre marché. Ainsi, vous aurez de quoi identifier les opportunités commerciales de vous lancer sur ce marché.

Cette étude fera état de plusieurs points très importants :

  • L’offre :

L’analyse concurrentielle est une recherche globale sur l’activité de vos concurrents directs et indirects. Elle permet d’obtenir des informations exhaustives correspondantes au produit ou à la prestation de service de l’entreprise concurrente.

Vous comprendrez la stratégie globale de vos concurrents, ce qui vous permettra de positionner votre offre en connaissance de cause. Le savoir est une des premières clés à avoir en sa possession pour se différencier, et donc obtenir des performances positives. Cela vous aidera à créer une proposition de valeur unique et à développer une stratégie marketing efficace en fonction de vos forces et vos faiblesses.

Cela vous donne une base solide pour prendre des décisions stratégiques et réussir dans un environnement concurrentiel.

  • La demande :

Se lancer sur un nouveau marché qu’on ne connaît pas, c’est augmenter grandement ses chances de ne pas répondre aux besoins des consommateurs. De fait, une étude de la demande est indispensable pour mieux appréhender sa clientèle en comprenant ses attentes et ses besoins.

Ces recherches vous permettront d’acquérir des connaissances qui peuvent être utilisées pour adapter vos prévisions de ventes, la tarification des produits, la communication, la production ect. En effet, c’est un moyen efficace de pointer les incohérences, les rejets ou de bénéficier de diverses recommandations.

En somme, les enquêtes auprès de la population fournissent des informations précieuses pour prendre des décisions éclairées, réduire les risques et ajuster votre offre pour mieux répondre aux besoins des consommateurs.

  • L’analyse sectorielle :

Une analyse sectorielle doit à terme fournir des informations pertinentes avec des indicateurs précis, notamment via des données chiffrées. L’objectif est de déterminer l’état du marché dans lequel vous opérez et donc suivre avec exhaustivité l’attractivité de ce secteur.

Voici quelques indicateurs pour illustrer mes propos : évaluer l’évolution du nombre d’acteurs sur la période, leur chiffre d’affaires, la répartition des parts de marché, les évolutions réglementaires, les tendances à venir…

Il faut ainsi réaliser des recherches documentaires rigoureuses sur des marchés complexes, ce qui nécessite généralement de faire appel à un organisme externe comme une Junior-Entreprise.

  • Le prévisionnel financier :

Analyse qui permet d’évaluer la viabilité financière de son entreprise/projet, le « prévisionnel » a pour objectif d’en mesurer la rentabilité financière. Généralement, ce prévisionnel évalue les résultats que l’entreprise peut espérer pour les trois premières années d’exercice.

Ce travail est absolument nécessaire dans le processus de création d’entreprise. Cela évite de faire un faux départ, et c’est une analyse bienvenue pour trouver des financements auprès des organismes financiers ou afin de réaliser une levée de fonds.

Ce rapport présente divers documents :

  • Compte de résultats
  • Soldes intermédiaires de gestion (aussi dit les SIG)
  • Plan de financement à 3
  • Plan de trésorerie
  • Bilan (la photographie patrimoniale et financière de l’entreprise)

Ces éléments font partie intégrante du futur business plan que vous réaliserez. Si vous ne les maîtrisez pas, nous vous conseillons de faire appel à une organisation extérieure, les étudiants en école de commerce peuvent d’ailleurs réaliser cette mission quand une Junior-Entreprise est missionnée.

En tant qu’entrepreneur, l’accompagnement qui m’a été proposé était de qualité. Je n’hésiterai pas à refaire appel à ESCadrille à l’avenir.

Alexandre MAGNAT, Entrepreneur et CEO d’Intence.

Définir son business plan d’entreprise

Un business plan est un document écrit qui a vocation à convaincre les banques et les investisseurs car il récapitule votre projet de création d’entreprise. Il doit prouver le sérieux de votre projet en étant réaliste et intégrer des prévisions chiffrées. Ce document est modulable en fonction de la cible que vous souhaitez atteindre (banque, état, collectivités locales, futurs associés…).

Voici comment se décompose un business plan :

1 – Pitcher son projet

Un pitch est une présentation courte visant à « vendre » votre projet à votre interlocuteur. Cette introduction est à la fois proche et antagoniste à un pitch oral. Elle sera rigoureusement ancrée dans votre document et évidemment moins interactive.

Découvrez comment pitcher son projet d’entreprise à l’oral dans notre précédent article.

Ce pitch est l’introduction de votre business plan, il doit transmettre votre capacité à entreprendre, votre sérieux, la synergie avec vos associés, votre engagement ect. Il faut aussi fournir des informations clés à votre interlocuteur (équipe, cible, nom de l’entreprise, statut juridique, histoire entrepreneuriale, l’environnement, projection future et plus largement votre motivation).

A l’image des 7 secondes nécessaires pour se faire une impression sur une personne, le pitch se veut décisif puisqu’il est la porte d’entrée à l’ensemble du document. A vous de créer des préjugés positifs chez votre destinataire.

2 – Présentation précise de votre produit ou votre service

Introduit par votre pitch, vous décrivez ce que vous allez vendre. La présentation se veut concise, précise et claire. N’hésitez pas à vulgariser les termes techniques propres à votre domaine d’activité car cette présentation doit être comprise de tous.

Afin de faciliter la compréhension, vous pouvez intégrer des éléments graphiques comme des schémas ou des dessins par exemple.

3 – Mise en avant de votre business model

Après avoir décrit votre projet, vous devrez expliquer dans votre business plan comment sera vendu votre produit ou votre service. Pour ce faire, rien de plus simple car le travail est déjà fait. Il vous suffit simplement de présenter la stratégie marketing que vous avez élaborée en réalisant votre business model (Canvas par exemple).

Cette partie permet à votre interlocuteur de comprendre la mise sur le marché de votre offre avec des données précises : prix, distribution, communication, production, approvisionnement, stockage, développement de l’activité…

C’est aussi le moment pour vous de montrer les menaces potentielles et les solutions que vous envisagez pour y faire face (volatilité du cours des matières premières ou la dépendance vis-à-vis d’un fournisseur dans votre région par exemple).

4 – Synthèse de l’étude de marché

L’étude de marché permet d’évaluer si votre marché est prometteur par l’analyse de 4 éléments :

  • L’offre
  • La demande
  • L’environnement (secteur)
  • Stratégie marketing/commerciale

Votre business plan devra intégrer succinctement les informations récoltées par votre étude de marché pour éclairer votre interlocuteur.

5 – Présenter votre prévisionnel financier

Même si votre projet est innovant, s’il n’est pas rentable, cela n’intéresse pas les investisseurs potentiels. Vous devez inclure des tableaux financiers pour attester de la viabilité financière de votre projet.

Pour être honnête, c’est le point le plus important. Toutefois, un prévisionnel financier dépend de l’ensemble des facteurs qui peuvent influer sur votre projet.



Faites appel à ESCadrille Toulouse Junior Conseil

Créée en 1978, ESCadrille vous accompagne dans la création de votre entreprise.

Que ce soit pour réaliser votre étude de marché, votre business plan ou bien les deux, nous répondrons présent. Nous réalisons également des stratégies de communication pour vous aider à donner de la visibilité à votre projet.

Travailler avec une Junior-Entreprise, c’est encourager un modèle idéal pour favoriser le lien entre l’enseignement supérieur et le monde professionnel.

image
Aurélien Roy
Manager Marketing 2023

Membre de la 45ème génération d’ESCadrille Toulouse Junior Conseil. Mon rôle était de coordonner l’activité du pôle Marketing. Ce fut une fierté pour moi d’élaborer et concrétiser de nombreux projets auprès d’une équipe déterminée et ambitieuse.

De plus, grâce à une deuxième casquette de Chef de Projet, j’ai eu l’opportunité d’accompagner 4 missions de conseil.

Choisir ESCadrille Toulouse Junior Conseil, c’est profiter d’une expertise variée et entièrement personnalisée.

Dans la même catégorie
03
image

L’industrie cosmétique: un secteur prometteur

L'industrie cosmétique : un secteur prometteur Le marché des cosmétiques est en pleine expansion grâce à l'évolution des attentes des consommateurs et à l'innovation constante dans les produits de beauté. Cette industrie, couvrant une large gamme de produits, des soins de la peau aux...

image

Où en est l’industrie française ?

L'industrie française, une longue histoire d'amour n'est-ce pas ? Entre la gloire et les tumultes de son existence, cette industrie s'est fortement transformée au cours des années. Toutefois, ce n'est pas une problématique simple puisque ce sujet est au centre des débats politiques depuis...

image

Les étapes pour réaliser une étude de marché

De nos jours, les marchés sont de plus en plus concurrentiels. Les entreprises souhaitent constamment améliorer la rentabilité de leur structure, notamment via le positionnement qu'elles ont sur le marché. Pour atteindre ces objectifs, il est essentiel de déceler toutes les caractéristiques...