Investir dans la QVT (Qualité de Vie au Travail), une nécessité pour les entreprises

Partager


Le concept de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), apparu à partir des années 1960, constitue aujourd’hui une préoccupation majeure pour toutes les entreprises. Instinctivement, lorsqu’on évoque la RSE, on pense de suite aux aspects environnementaux de ce concept. En réalité, la prise en compte des aspects sociaux et notamment des conditions de vie au travail des employés, est aujourd’hui un critère clé pour pouvoir pleinement qualifier une entreprise de responsable. Ces aspects sociaux se regroupent autour de la QVT (Qualité de Vie au travail). Cette notion trouve sa source dans le monde anglo-saxon (“Quality of working life”). Une définition de la QVT est proposée par l’ANI en 2013 (L’Accord national interprofessionnel) comme « un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué »


Depuis le début de la crise sanitaire et la détresse psychologique croissante chez les employés, adopter une démarche QVT se place au centre des préoccupations des entreprises.


Pourquoi la QVT doit-elle devenir une nouvelle norme en entreprise ?


La crise sanitaire, catalyseur d’un besoin de QVT


La crise du COVID-19 et les confinements successifs ont souligné l’importance des sujets relatifs à la QVT. En effet, le télétravail, le déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle et le trop plein d'informations sont, parmi d’autres, les raisons pour lesquelles le besoin de bien-être au travail s’est accru. Les conséquences psychologiques se font ressentir chez tous les salariés du monde entier, de manière plus ou moins forte. D’après le Baromètre annuel Absentéisme Maladie 2020 fourni par Malakoff Humanis, le taux de salariés arrêtés pour troubles psychologiques, il est passé de 9 % début 2020 à 14 % pendant le confinement, puis à 18 % depuis le déconfinement. Parmi les fonctions les plus impactées, on retrouve évidemment le personnel soignant mais aussi les fonctions commerciales, qui seraient en moyenne 30 % au-dessus du seuil de détresse émotionnelle selon le média Supermood.


image


Extrait de l’infographie Supermood « Impact social de la crise sanitaire sur la population active française »


Un sondage réalisé par l’IFOP (Institut Français d’Opinion Publique) révèle également que la crise sanitaire a transformé la représentation du travail de 58 % des employés de la population française. Beaucoup remettent aujourd’hui en question les valeurs fondatrices de notre organisation collective. 81 % des employés hissent le bien-être au travail au premier rang de leurs attentes, chiffre ayant drastiquement évolué depuis le début le début crise sanitaire. Les salariés appréhendent aujourd’hui le travail d’une nouvelle manière. La QVT devient alors un enjeu prioritaire et stratégique pour les toutes les entreprises et place aujourd’hui la priorité sur la santé et la sécurité au travail

La QVT, levier de performance incontesté


Face à cette situation, investir dans la QVT constitue une manière de préparer l’après-crise mais surtout, d’augmenter ses chances en tant qu’entreprise de sortie de crise. En effet, le bien-être des employés en est une condition essentielle. Les enjeux de la QVT sont multiples.
Il semblerait que les employeurs aient tout à gagner à améliorer la qualité de vie de leur employés au sein de leur entreprise. En effet, la QVT et la performance semblent être plus que liées. Cet idée est d’ores et déjà présente en 1929 avec les travaux d’Elton Meyo, considéré comme l’un des pères fondateurs de la sociologie du travail. Il prouve à l’époque que l’association des collaborateurs aux objectifs de l’entreprise, la création d’une cohésion de groupe et la prise d’initiative ont des effets positifs sur la productivité


Cet idée de hausse de la productivité est aussi présente dans la définition de la QVT de l’Anact, l’agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail. Elle y est définit comme “une démarche visant à combiner performance et bien-être des salariés.” Selon le média Bloom At Work, une entreprise dont les salariés sont épanouis est non seulement plus productive que la moyenne (43% de plus en 2019), mais ses employés sont aussi 86% plus créatifs et déploient 65% plus d’énergie dans leur travail. Cette hausse de performance est liée à un travail fourni de meilleure qualité et donc, des clients davantage satisfaits. Ainsi, l’enjeu est d’obtenir une équipe plus efficace, plus motivée, plus épanouie et plus créative. En l’occurrence, en misant sur la QVT, les entreprises améliorent l’ambiance de travail et le climat social, et augmentent ainsi l’engagement de leurs salariés tout en diminuant le taux d’absentéisme.


La QVT a aussi un impact sur la société. En effet, les différentes pratiques qui lui sont liées - l’égalité professionnelle femmes-hommes, la diversité , l’inclusion, l’équilibre professionnel-personnel, la mobilité etc. – peuvent permettre, si elles sont appliquées ou non, de contribuer à former les sujets de société et à participer à une évolution sociale.


Comment mettre en place et mesurer une démarche QVT pour améliorer les conditions de travail dans votre entreprise ?


im2


Le réseau Anact-Aract a matérialisé la QVT par une marguerite composée de 6 pétales. Cet outil permet d’observer en un seul coup d’œil simplement les 6 dimensions de la QVT, expliquées ci-dessous. Pour mettre en place une démarche QVT, il est important que l’entreprise prenne des mesure dans chacun des 6 domaines suivants :


  • Les relations au travail & le climat social (l’organisation des réunions internes, la qualité des temps et des lieux de pause, le rôle des instances etc.)

  • La santé au travail : entretiens de retour après une absence de longue durée, la, l’environnement des postes de travail, risques professionnels etc.


  • Les compétences & parcours professionnels : les entretiens individuels, le parcours d’intégration, l’employabilité, l’accès aux dispositifs de formation etc.


  • L’égalité professionnelle pour tous : l’équilibre vie privée / vie professionnelle, l’équité dans le traitement des salariés, égalité professionnelle femmes-hommes etc.


  • Le management participatif : possibilité de discuter du travail, l’organisation des absences des salariés, la participation aux projets de changement, droit à l’erreur etc.


  • Le contenu du travail l’autonomie pour agir sur son travail, les moyens pour réaliser le travail, la clarté des consignes, la répartition de la charge de travail etc.


Lorsqu’on évoque la QVT, cette dernière dimension – celle du contenu au travail – semble être la moins évidente. La QVT évoque souvent à l’esprit des employés l’environnement autour du travail mais peu le travail en lui-même alors que ce dernier a une importance capitale. Souvent, le entreprises traitent peu ou pas assez l’essentiel de la QVT, qui réside bien plus dans le travail que dans son environnement. Il semblerait que la Qualité de Vie au Travail soit aussi la Qualité de Vie du Travail. Le rôle de tout entreprise, d’autant plus dans le contexte actuel, est de s’assurer que le travail préserve l’intégrité – physique, psychique et morale - et la santé des collaborateurs. Les principales caractéristiques de ce contenu du travail sont l’autonomie et la quête de sens, véritables moteurs pour les employés. En effet, une entreprise où les collaborateurs trouvent du sens à leur travail est une entreprise que a déjà réalisé une bonne partie de la démarche QVT.


La QVT, un virage à ne pas manquer


Ainsi, le contexte sanitaire actuel et les modifications de l’organisation du travail qu’il engendre pousse les entreprises à répondre à des enjeux vitaux de performance économique sans négliger la performance sociale. La QVT est un sujet complexe qui doit être abordé différemment selon les contextes et l’existence ou non de pratiques antérieures. Rater le virage de la QVT c'est prendre le risque du désengagement de ses employés. Cette démarche doit s’intégrer dans la stratégie et la gestion courante de toutes les entreprises sur le long-terme. Améliorer le vivre ensemble et le bien-être au travail aussi une manière d’aller plus loin autour de la démarche RSE**, éventuellement déjà mise en place au sein de l’entreprise.
ESCadrille Toulouse Junior Conseil peut vous aider à mettre en place une démarche QVT au sein de votre entreprise. Nos 42 ans d’expérience nous ont appris à innover constamment, de sorte que nous savons aujourd’hui nous adapter à chaque projet et à chaque entreprise afin de vous accompagner au mieux. La mise en place d’une démarche QVT dépendra aussi de votre éventuelle expérience passée ou en cours dans ce domaine. Réaliser un Audit de Climat Social et vous accompagner dans la mise en place d’un baromètre QVT permettra notamment de sonder et d'analyser le besoin personnel de chacun de vos salariés.