Portrait d'Alumni : Nicolas Vigier

Partager

Alumni au parcours singulier, puisqu’ayant parcouru deux pôles, Nicolas Vigier nous fait part de son expérience au sein du mandat 2012 d’ESCadrille avec beaucoup de passion.

Quel a été votre parcours professionnel depuis votre diplôme jusqu’à votre poste actuel ?

J’ai été diplomé en 2013 et j’ai réalisé mon stage de fin d’études en salle de marché côté corporate. A la suite de ce stage, j’ai obtenu un CDI au Crédit Foncier, entreprise dans laquelle j’avais effectué mon stage de césure, et j’y travaille encore aujourd’hui. Au début, je faisais du pricing et désormais je suis responsable d’une équipe qui gère la liquidité de la banque.

De quel mandat avez-vous fait partie et quel était votre poste ?

J’ai fait partie du mandat 2011-2012 et Nicolas Zullo en était le président. En première année, j’étais membre du pôle Communication. Je suis ensuite devenu responsable Relation Client.

Comment était structurée l’asso ? Quels étaient les pôles ? Comment était l’activité (CA) ?

A l’époque, tous les membres de l’association, y compris les nouvelles recrues, réalisaient des rendez-vous clients et signaient des études. J’ai beaucoup apprécié ce contact avec les clients et c’est pour cela que j’ai ensuite été nommé responsable Relation Client lors de mon mandat. Les pôles Relation Client et Développement Commercial n’étaient pas différenciés. Nous étions trois en deuxième année et 4 recrues de première année. Les deuxième année étaient, accompagnés des première année, à la tête des Business Units (International, Aerospace, Green Business, Finance et Webmarketing) et tenaient des rendez-vous client basés sur leurs domaines de compétence.

La période était peu propice aux investissements et les gens avaient tendance à différer leurs projets de création d’entreprise. Même dans les grands groupes, les études de marché n’étaient pas leur priorité. Malgré cette conjoncture post-crise financière de 2008, le chiffre d’affaire était correct.

Quelle était l’image de la J.E. à l’époque ? Pourquoi vouliez-vous la rejoindre ?

A l’époque, nous avions obtenu le Prix d’Excellence et avions donc une posture de référence. Toutes les autres J.E. disaient de nous que nous étions des machines (rires). L’image dans le mouvement était très bonne. En ce qui concerne notre image au niveau de l’école, la perception était assez mitigée mais les gens nous aimaient plutôt bien. La J.E. aura toujours au fond une image d’étudiants trop sérieux pour sortir en soirée.

A la base je ne souhaitais pas rejoindre la J.E. mais dans mon groupe d’intégration de début d’année j’ai fait la connaissance de plusieurs personnes qui voulaient absolument y entrer. Finalement j’y ai aussi postulé, malgré le fait que je me sois dit lors de la présentation d’ESCadrille en amphi « ils continuent de travailler après la prépa, ils n’ont rien compris ». On a tous été pris et j’ai alors intégré le pôle Communication.

Qu’est-ce que vous avez adoré et détesté à ESCadrille ?

J’ai adoré participer aux Congrès. J’ai pu me rendre compte de l’ampleur du mouvement lors du premier Congrès National, et la reconnaissance des autres J.E. était particulièrement stimulante, notamment celle de J.E. venant d’écoles plus prestigieuses que la nôtre. On s’est retrouvés avec des gens de toutes les écoles. ESCadrille est une véritable famille. Encore aujourd’hui cet esprit persiste et c’est génial. On peut dire que ces moments soudent encore plus l’équipe et que ce sont des moments qui contribuent à faire de la Junior-Entreprise une association à part.

Bien que cela ait été à la marge, il y avait parfois des tensions entre les membres pendant le mandat. Cela nous montait un peu à la tête alors qu’avec le recul cela n’avait pas raison d’être.

Quels sont vos meilleurs et pires souvenirs / anecdotes ?

Je pense directement au Congrès National d’Été 2014 de Camille Legal auquel je me suis rendu en tant qu’alumni. Nous étions 7 alumni et c’était génial dès la première soirée même si l’on n’a pas gagné le Prix d’Excellence cette année-là. L’ambiance était superbe entre tous les membres d’ESCadrille. Un mauvais souvenir reste la perte du Prix d’Excellence de mon année (2012) en finale.

Qu’avez-vous tiré de votre expérience à ESCadrille ? Cela a-t-il guidé vos choix de carrière ?

En finance, une expérience à la J.E. aide indirectement car rien de ce que l’on fait à la J.E. n’est applicable à ce domaine. Toutefois, le côté professionnalisant est indéniable. Cela nous permet d’apprendre à communiquer et se comporter avec des clients et d’acquérir en partie les codes de conduite du monde professionnel. C’est quelque chose que j’ai toujours mis en avant lors de mes entretiens, une véritable plus-value.

Avez-vous des conseils pour nous, nouvelles recrues ?

Je conseille à toutes les nouvelles recrues de s’investir à fond et de s’engager totalement dans la J.E. Notre association est unique dans l’école, nos liens forts et la qualité de notre travail nous donnent beaucoup de crédibilité envers l’administration et il faut faire perdurer cela. Cette expérience est unique : elle nous donne l’opportunité de travailler avec des clients et de se faire un réseau alors même que nous avons peu d’expérience professionnelle, il faut donc en profiter au maximum.

Un autre conseil serait de ne pas hésiter à contacter les alumni pour des stages ou pour des questions sur la J.E. Le réseau d’anciens est de plus en plus soudé depuis 2010 et il faut continuer à le faire vivre et grandir. La célébration des 40 ans d’existence d’ESCadrille y a notamment participé.