La JADE devient Junior Enterprises Europe

Partager

Le 28 juillet 2019 a marqué un tournant dans le monde des Junior-Entreprises. L’ensemble des Confédérations Nationales des Junior-Entreprises d’Europe ont unifié leur identité en adoptant un logo et une marque identiques. Après 27 ans d’existence, la Confédération Européenne des Junior-Entreprises abandonne son nom “JADE” au profit d’une identité européenne rassemblant toutes les Juniors européennes. La JADE est désormais Junior Enterprises Europe.

De JADE à Junior Enterprises Europe, une confédération qui ne cesse de se développer


En 1992, la CNJE (Confédération Nationale des Junior-Entreprises), parmi 6 autres Junior-Entreprises européennes, fut à l’origine de la création de la JADE (Junior Association for Development in Europe), l’organe qui fédère les Junior-Entreprises européennes.

À cette époque, la CNJE avait une ambition claire : développer le concept de Junior-Entreprise à l’international. Face à la création de Junior-Entreprises européennes et de confédérations nationales à partir de 1987 telles que JADE Switzerland, CEJE Junior Empresas, UniPartners, BDSU et JADE Italia, c’est en 1992 que ces 5 dernières ainsi que la CNJE ont créé la JADE. Aujourd’hui, elle regroupe 365 Junior-Entreprises au sein de 14 pays et le siège se trouve dans la capitale européenne Bruxelles. Rapidement, cette nouvelle organisation est devenue un organe important à l’échelle européenne qui regroupe des Junior-Entreprises réalisant aujourd’hui un chiffre d’affaires global d’environ 17 millions d’euros. Elle est à l’initiative de l’organisation de plusieurs congrès chaque année. En effet, sont organisés le Summer JADE Meeting et le JADE October Meeting par une ou plusieurs Junior-Entreprises d'Europe et la JADE Spring Conference à Bruxelles.


Ces dernières années, la JEEurope (Junior Enterprises Europe) a une ambition qui se définit de la manière suivante : faire vivre au plus grand nombre d’étudiants possible l’expérience unique de devenir Junior-Entrepreneur.

To empower, through the Junior-Enterprise concept, students capable and committed to generate a relevant impact

C’est pourquoi son objectif est d’élargir le concept de J.E. à de nouveaux pays en Europe et, in fine, de chapeauter un nombre de 500 Junior-Entreprises dans 21 pays européens membres d’ici 2021. Cet élargissement permettra d’augmenter et d’enrichir ensuite les échanges de best-practices entre les différents acteurs du mouvement en améliorant les processus de formations et de partages de connaissances. En définitive, cette stratégie d’élargissement et d’amélioration des Junior-Entreprises va permettre d’accroître leur visibilité que ce soit au niveau des étudiants mais également du monde professionnel. L'unification de la marque Junior-Entreprise aura donc comme but de communiquer sous une même identité à différentes échelles, tout en faisant office d'un gage de qualité, celui d'être une Junior-Entreprise du réseau européen

CITATION SOPHIA


La marque Junior-Entreprise, vers une uniformisation des Junior-Entreprises


En Europe, chaque pays a une organisation particulière. Certains ont une confédération fédérant plus de 180 Junior-Entreprises, tandis que d’autres n’ont pas de confédération nationale. Le réseau JEEurope compte aujourd’hui 11 confédérations membres : la CNJE, Junior Enterprises Netherlands, Junior Enterprises Germany, Junior Enterprises Italia, Junior Enterprises Switzerland, Junior Enterprises Austria, Junior Enterprises Spain, Junior Enterprises Portugal, Junior Enterprises Belgium, Junior Enterprises Poland, Junior Enterprises Romania. Aussi, la JEEurope regroupe des membres consultatifs, c’est-à-dire des Junior-Entreprises qui n’ont pas de confédération nationale, comme par exemple : HandelsConsulting en Suède, Next en Croatie, Westminster Business Consulting au Royaume-Uni.

Aujourd’hui, la CNJE est la confédération qui regroupe le nombre le plus important de Junior-Entreprises. Son objectif est de développer la marque Junior-Entreprise par sa promotion et la création de nouvelles structures. Cette confédération a un réel impact au sein des Junior-Entreprises françaises puisqu’elle a un rôle d’accompagnement par la réalisation d’audits annuels et de formations. Aussi, certains membres de la CNJE, dont le Président, sont à temps-plein ce qui leur permet de faire évoluer la confédération continuellement.

D’autres confédération telles que Junior Enterprises Netherlands ont, à l’image de la CNJE, un fonctionnement très fédérateur. La Confédération des Pays-Bas a un système basé sur l’échange et l’ouverture. Ainsi, toutes les informations des Junior-Entreprises vont être partagées aux autres afin d’avoir une totale transparence et une collaboration efficiente pour progresser et être plus performant. Junior Enterprises Germany cherche, quant à elle, à stimuler ses Junior-Entreprises membres avec des objectifs chiffrés. L’objectif est d’avoir de puissantes structures qui réalisent du chiffre et qui soient d’une excellente qualité. C’est leur gage de notoriété.

Pourtant, certains pays comme le Royaume-Uni, qui compte le plus petit nombre de structures, ont du mal à implanter la marque de Junior-Entreprise dans leur environnement économique.

C’est ici que l’année 2019 est décisive. Le changement de dénomination de l’ensemble des Confédérations nationales va permettre d’harmoniser le mouvement européen et de créer une unité. Cette modification est à l’initiative des confédérations européennes qui, depuis quelques années, souhaitent uniformiser l’ensemble des confédérations afin d’avoir une réelle identité impactante auprès des acteurs économiques et publics. Chaque confédération européenne ne sera plus une entité singulière mais fera partie d’une entité beaucoup plus importante fédérée par Junior Enterprises Europe. Cette marque sera un levier de communication pour les Juniors-Entreprises européennes. L’unification de la marque indique un rapprochement certain entre les confédérations européennes et une hausse des projets communs entre les confédérations et les Junior-Entreprises. Le mouvement européen peut désormais aller de l’avant et chercher à avoir un vrai poids auprès des acteurs économiques et des institutions publiques.

L’international comme nouvel horizon des Junior-Entreprises


Alors que beaucoup de Junior-Entreprises misent de nos jours sur l’international pour se développer, ESCadrille a été pionnière en ce qui concerne le lancement d’une stratégie de développement international au sein du mouvement national français.

ESCadrille est aujourd’hui la Junior-Entreprise la plus internationale du réseau français des J.E. Cela résulte d’une importante stratégie d’internationalisation mise en place dès 2011. ESCadrille a su rapidement s’imposer comme une référence à l’international grâce aux nombreux partenariats noués avec les meilleures Junior-Entreprises étrangères. Aujourd’hui, ESCadrille compte 8 partenaires internationaux eJoventud, JED Consulting, CCT, JEME, LSM Conseil, Conquest, JEG, WBC, dont les 6 dernières J.E. sont membres du J7, un réseau restreint de 7 Junior-Entreprises européennes de renom souhaitant consolider leurs coopérations et leurs prestations à l'échelle internationale. Ces partenariats nous donnent notamment la possibilité d’offrir à nos clients des études d’envergure internationale.

En effet, cet atout permet de réaliser des études à dimension internationale en réalisant des phases de sous-traitance à nos Junior-Entreprises partenaires lorsqu’il s’agit de réaliser une analyse quantitative du marché. Ce réseau de partenaires internationaux offre à ESCadrille une certaine réactivité dans la réalisation d’études à dimension internationale car nos Junior-Entreprises partenaires sont habituées à travailler avec nous.

CITATION CRUCIANI


La politique internationale avant gardiste d’ESCadrille a été de nombreuses fois récompensées par la JEEurope avec le prix Most International Junior-Enterprise. Ce prix récompense une J.E. pour sa volonté de réaliser du business à l’international, c’est à dire le nombre d’études réalisées, la satisfaction du client suite à l’étude et la qualité du rapport final. Ceci témoigne donc du savoir faire d’ESCadrille dans la réalisation de ce type d’étude plus complexe.

De plus, toujours dans l'optique de renforcer nos prestations à l'international, ESCadrille organise très régulièrement des week-ends d'échanges avec ses partenaires. Ces week-ends permettent d'échanger des best-practices, de continuellement repenser et améliorer notre coopération et évidemment de tisser des liens indispensables à une bonne entente professionnelle. En 2019, Conquest, Junior-Entreprise polonaise et ESCadrille ont pu se rencontrer à Toulouse pour un nouveau Week-End d’échange afin de partager nos expériences et nos best-practices.

Mais ESCadrille ne s’est pas arrêtée là. L’International Manager d’ESCadrille, Sophia Yahyai, du mandat 2018, a fait partie de l’organisation de la JEEurope en tant que Partnership Manager. Ce fut l’occasion pour elle notamment de développer le réseau de la Confédération européenne en négociant et signant de nouveaux partenariats.

Une stratégie internationale hautement atteinte et qui ne cessera de continuer à se développer…

Pour en savoir plus sur nos prestations à l’international.