La conquête de mars : un enjeu capital

Partager

Le jeudi 18 février, après 480 millions de kilomètres, le robot Persévérance s’est posé sur Mars afin d’effectuer sa mission, répondre à la question que tout le monde se pose :

Y-a-t-il de la vie ailleurs que sur Terre ?

L’espace est depuis longtemps une source de mystère et de questionnement pour l’humanité. Depuis, le XXème siècle la conquête spatiale prend de plus en plus d’ampleur et a une place importante chez les grandes puissances. Pendant la Guerre froide, la conquête spatiale était déjà un enjeu important, Etats-Unis et URSS se livraient un duel sans merci pour aller sur la Lune. Des décennies plus tard, une nouvelle course spatiale pour conquérir Mars voit le jour. Parmi les participants, nous retrouvons :

  • les États-Unis,
  • la Chine, qui a pris la place du régime soviétique
  • les Émirats arabes unis.

Pour ces pays il s’agit « d'améliorer ses capacités, d'explorer l'univers, d'investir dans les ressources futures et in fine d'augmenter son influence politique et son prestige » comme le souligne Chen Lan, analyste pour un site spécialisé dans le programme spatial chinois.


image

ÉVÉNEMENTS MARQUANTS DE LA CONQUÊTE SPATIALE


Une expédition poussée par une ambition scientifique et technologique

Plusieurs facteurs expliquent l’enthousiasme que la communauté scientifique porte à la planète rouge.

  • La planète Mars ressemble étrangement à la Terre : vitesse de rotation, taille, composition rocheuse sont semblables. Les scientifiques pensent même qu’il y a 3,5 milliards d’années, Mars aurait été habitable. L’un des objectifs de Persévérance est donc de comprendre pourquoi le climat de Mars a changé si brutalement jusqu’à rendre sa surface inhabitable.

  • Un grand enjeu des missions spatiales réalisées sur la planète Mars est la recherche de formes de vie. Si aujourd’hui l’eau sur Mars ne se trouve qu’à l’état solide ou gazeux, les scientifiques sont catégoriques : dans le passé il y avait des bassins et des fleuves. Présence d’eau et de vie étant lié, il ne serait pas étonnant que des organismes aient réussi à se développer dans le passé. Ce serait la découverte de la première vie extraterrestre.

  • Cette mission menée en 2021 est également l’occasion de tester des technologies comme des générateurs d’oxygène, de nouveaux moyens de navigation et de communication afin de savoir si oui ou non l’humanité pourra, dans le futur, coloniser Mars.

MARS EST-ELLE HABITABLE ?


La conquête spatiale comme source de soft power

“Les grandes puissances spatiales veulent prouver qu'elles peuvent y aller car c'est le défi le plus complexe à ce jour” Sylvestre Maurice, astronome

Pour les grandes puissances la conquête spatiale et la couverture médiatique qui l’accompagne sont une occasion rêvée pour accroître leur Soft power

Chaque nation veut prouver sa supériorité technologique et être moteur d'innovations. Être à l’origine de telles découvertes ne peut que contribuer à Construire une image positive du pays.

Si les États-Unis restent les leaders dans ce domaine, la Chine et les Émirats arabes unis n’ont pas dit leur dernier mot.

La Chine est aujourd’hui une des principales puissances spatiales. En 2019, un tiers des lancements spatiaux se sont effectués sur le territoire chinois. En plus d’être la première nation à avoir réussi à ramener des morceaux de la face cachée de la Lune sur Terre elle a réussi à mettre une sonde dans l’orbite de Mars. Avec un budget de 8,4 milliards de dollars, la Chine voit les choses en grand :

  • En 2023, elle prévoit un partenariat avec la France qui devrait permettre à la mission Chang'e 6 de récolter des échantillons sur les deux faces de la Lune.
  • En 2030, la Chine veut envoyer des robots qui exploreront les deux pôles de notre satellite naturel avant de démarrer les missions habitées en 2036.
  • Pour ce qui concerne la planète Mars, elle souhaite y envoyer un orbiteur, une plateforme d'atterrissage et un astromobile. L'Agence Spatiale Chinoise espère doubler la NASA et l'ESA pour rapporter des échantillons de la planète rouge sur Terre, d'ici 2030.
  • Les Chinois souhaitent également atteindre Jupiter et son satellite, Ganymède, avec une navette spatiale à propulsion nucléaire à l’horizon 2040.

Les Émirats arabes unis (EAU) attachent de plus en plus d’importance à la conquête spatiale. Leur but est de susciter des vocations scientifiques dans le pays et dans le monde arabe.


image

HAZZA AL-MANSOURI EST LE PREMIER CITOYENS DES ÉMIRATS ARABES UNIS À AVOIR VOYAGÉ DANS L’ESPACE


50 ans après sa création, le pays a déjà une place importante dans la conquête spatiale. Le 15 février la sonde Hope prend la première photo de Mars. Sa mission est d’étudier son atmosphère afin de mieux comprendre le climat.


Une course spatiale qui révèle un enjeu géopolitique

Les objectifs de la conquête spatiale ne sont pas que scientifiques. La face cachée de cette course effrénée semble bien plus terrestre que extraterrestre. Chaque nation souhaite s’accaparer ces “territoires” et les bénéfices que cela engendre.

Les avantages sont multiples :

• L’objectif économique est central. Les autres planètes et astres offrent des ressources rares en quantité importante comme des métaux rares (or, platine …) ou de l'hélium, carburant idéal pour la fusion nucléaire. Mais l’espace c’est également un commerce de niche. Le tourisme spatial se développe de plus en plus. L’entreprise Space X tente de propose un voyage jusqu’à Mars dont le prix du billet s'élève à 500 000€.

image

NAVETTE IMAGINÉE PAR SPACE X POUR LES VOYAGES DE PARTICULIERS SUR MARS


_Les nations cherchant à conquérir l’espace cherche à développer leur puissance militaire. Avoir la main mise sur un territoire aussi vaste permettrait de contrôler des satellites militaires rendant la télécommunication encore plus efficace. La Chine et les États-Unis travaillent également sur l’arsenalisation de l’espace.

S' il est clair que la conquête spatiale est un outil d’hard power , la question juridique reste en suspend. À qui appartient l’espace ? Les pays peuvent-ils y exercer leur souveraineté ? Ce sont des questions qui reviendront de plus en plus régulièrement sur la scène internationale dans les années à venir car le progrès poussera l’Homme toujours plus loin dans sa quête de l’inconnu.


Aller plus loin, plus qu’un objectif, un état d’esprit que ESCadrille Toulouse Junior Conseil entretient.

Cette course à l’espace témoigne de la volonté de l’Homme de progresser sans cesse. Au-delà d’être l’objectif des grandes puissances, la volonté d’aller plus loin est un état d’esprit que cultivent des personnes mais aussi des entreprises.

Ainsi, ESCadrille Toulouse Junior Conseil place l’innovation et la persévérance au cœur de sa stratégie. Désirant être moteur de changement au sein de son environnement, ESCadrille lance de nombreux projets novateurs. Ces derniers ont pour but d’accompagner nos parties prenantes dans leurs projets et de leur faire vivre une expérience à part entière.

Ceci est l’essence d’ESCadrille On Air , un podcast où sont invitées des personnes aux parcours inspirants avec qui l’on échange autour de sujets d’actualité et de conseils destinés à nos auditeurs.

Dans cette même optique ESCadrille se présente comme une Junior-Entreprise pionnière en matière de RSE. En créant une prestation spécialement axée sur la RSE, et en entamant des projets avec l’association B3D, ESCadrille montre une volonté d’aller encore plus loin dans son engagement vis-à-vis de son environnement.

Si vous aussi vous partagez comme nous, cette volonté de sans cesse vous dépasser alors n’hésitez pas à nous contacter. Notre collaboration ne pourra qu’être fructueuse et pleine de promesses.